Maison Rouge – Le Musée des Vallées Cévenoles – Saint-Jean du Gard

Une collection incroyable de plus de 10 000 objets exposés donne à comprendre la vie, les savoir-faire et l’histoire des Cévennes. L’Homme et les objets qu’il a fabriqués sont au centre du discours. Comme un héritage, la mémoire de la filature, la plus ancienne à avoir innové et la dernière en activité en France est sublimée par une rénovation et une extension volontairement contemporaines.

Visites guidées, ateliers, animations sont proposés régulièrement

Pour profiter de votre visite en autonomie, Maison Rouge – Musée des vallées cévenoles met à votre disposition un audioguide  ( français, anglais, allemand, néerlandais)   , enrichi de contenus interactifs et ludiques pour les enfants.

Des tablettes et des audioguides sont disponibles gratuitement sur demande à l’accueil du musée.

+ de renseignements: http://www.maisonrouge-musee.fr

Visites guidées du village Tous les jeudis du 16 juillet au 20 août. Rdv à 10h30 à l’office de tourisme

BALADE EN HISTOIRE DANS SAINT-JEAN

Le Pont Vieux

Même si les cartes postales anciennes le désignent comme «romain», ce pont n’a été construit qu’en 1733 en remplacement du gué équipé de planches permettant le franchissement du Gardon. Victime des caprices du cours d’eau, il fut emporté plusieurs fois.

La tour de l’Horloge

Cet ancien clocher constitue tout ce qui subsiste de l’église romane construite par les bénédictins de Saint-Gilles au Xlle siècle, consacrée à Saint-Jean-Baptiste. Elle fut détruite pendant les guerres de religions, en représailles au sac de la ville commis par les troupes royales en 1560. Les différents appareillages de ces vestiges témoignent des phases successives de sa construction ou reconstruction du Xlle au XVIe siècle. De la fin du XVIe siècle à la Révocation de l’édit de Nantes, sa cloche annonça les cultes tant catholiques que protestants, puis, équipé d’un mouvement d’horlogerie, ce clocher égrena les heures de la communauté villageoise.

Hôtel du Chevalier d’Algues

Derrière la belle porte du 98 Grand’rue s’ouvre un couloir donnant accès à une superbe cage d’escalier du XVIIe siècle. Cet escalier monumental éclairé par un puits de lumière, donne accès à la poste et à l’office du tourisme sur la place Rabaut St Etienne. Sur cette place, à l’angle du parking et face à l’intersection de la ruelle de Combedase et de l’entrée réservée à la Poste, on peut voir un des derniers tronçons de la rue « des Paillons » qui fut créé en 1704 par la construction d’un mur qui devait isoler complètement les maisons des terrains les jouxtant. En effet, chaque maison possédait, sur sa façade arrière, des portes et fenêtres qui permettaient de ravitailler les camisards après le couvre-feu bien que toutes les portes de la ville fussent fermées.

La Maison du Vicaire

Derrière la Tour de l’Horloge, dans le plus ancien quartier de la ville, à l’angle de la rue Pasteur et de la rue Traversière se trouve une maison où logeait le vicaire et où se réunissait la communauté catholique pour célébrer la messe après la démolition de l’église et avant qu’une nouvelle ne soit construite, entre 1560 et 1685. Sur le linteau de la porte sise rue Traversière, on remarque une croix et une date: 1567 rappelant la fonction d’édifice religieux de cette maison.

Le Pont Neuf et la Gare

Par l’avenue René Boudon et le Pont Neuf (d’où l’on a une belle vue sur le Pont Vieux), on accède à la gare. Le tronçon de ligne de chemin de fer d’Anduze à St Jean du Gard fut achevé en 1909. Il renforça le rôle économique de St Jean au confluent de la vallée Borgne et de la vallée Française. Aujourd’hui, cette ligne est animée par un train touristique à vapeur fort pittoresque.

Place Carnot, le Temple

Sur cette place se trouve le temple. Il fut construit sur les plans d’un architecte d’Alès, M. Renoux, avec une façade néoclassique et sur un terrain acquis à cet effet en 1820. L’édifice terminé fut consacré le dimanche 27 avril 1827. Avant sa construction, la communauté réformée se réunissait dans une propriété privée jouxtant la place d’Armes appelée « Le Pavillon ».

L’Eglise Catholique

En face du château se trouve l’église catholique construite après la révocation de l’Edit de Nantes avec les matériaux du temple que l’on venait de détruire. La cloche changea d’édifice et après avoir convié au prêche les habitants, elle les appela à la messe. On peut voir contre le mur d’enceinte du château, derrière le poids public, les vestiges (pied droit et départ de voûte) d’une des anciennes portes de la ville.

L’Hôtel de Ville

Faisant angle avec la Grand’Rue, c’est l’Hôtel de Ville avec sur la porte d’entrée les armoiries de la ville surmontées de la devise : « Al sourel de la liberta »: Au soleil de la liberté.